Jef Van de Mollendijk (2)

Il est joyeux et souriant, notre ami Jef Van de Mollendijk. Il a, d’ailleurs, de bonnes raisons d’être heureux : il est en train de savourer une moule-frites sur une terrasse de la Grand-Place de Péruwelz, et tout en dégustant sa gueuze, il tient la main de Rachel, une jeune fille délicieuse aux boucles blondes et aux yeux d’azur que tous ses camarades lui envient.

Avant de parler d’amour, ils parlent de banalités :

« Ta semaine de travail s’est-elle bien passée ?

– C’est toujours pareil. J’imaginais le métier de policier un peu plus varié. Je commence à connaître l’autoroute de Wallonie comme si je l’avais moi-même construite. Et de ton côté ?

– Si tu crois que c’est mieux ! La seule différence entre nous deux, c’est que je suis obligée de sourire aux clients, alors que toi, tu es obligé de leur tirer une tête de cochon. »

Après avoir parlé de banalités, ils parlent d’amour. Pendant qu’on apporte le café, Jef présente à la jeune fille un écrin habillé de velours rouge qu’elle ouvre délicatement. Elle y découvre un solitaire éblouissant.

« Oh ! Jef ! Tu t’es enfin décidé !

– Veux-tu m’épouser, Rachel ?

– Oh ! Oui ! Depuis le temps que tu tournes autour de moi, j’ai eu le temps d’y réfléchir. »

Il est vrai que Jef et Rachel ne se sont pas aimés sur un coup de foudre, ayant grandi dans la même classe de l’athénée royal depuis l’âge de quatorze ans, ils ont pris le temps de se connaître. Jef n’était pas très doué pour les mathématiques, mais il se rattrapait sur les lettres, contrairement à sa camarade. Ils prirent ainsi l’habitude de se rencontrer chez l’un ou chez l’autre pour partager leur savoir. Ils se retrouvaient aussi pendant les vacances pour parcourir les RAVeL à bicyclette. Une solide amitié s’était donc enracinée entre les deux jeunes gens.

Le temps de l’adolescence s’écoula ainsi. Quand Rachel a trouvé son emploi de caissière au Delhaize de Bonsecours, Jef, qui venait d’être admis à la police de Mons-Borinage ne tarda pas à changer ses habitudes de consommation. Au lieu d’aller comme autrefois faire ses achats à Colruyt, il passait s’approvisionner à Delhaize, et au moment de payer, il choisissait soigneusement sa file. C’est à ce moment qu’ils ont vraiment compris qu’ils s’aimaient, mais Jef, qui n’est pas enclin à la précipitation, a encore attendu deux ans avant de la demander en mariage.

Le jeune homme a pourtant manqué une fois de compro-mettre leur amour par son impatience et sa maladresse.

Rachel venait d’avoir dix-neuf ans. Après l’incontournable anniversaire fêté en compagnie d’une foultitude de copains et copines, Jef avait voulu l’inviter à passer quelques moments agréables au Petit Salon.

« Garçon, une chauve-souris et une TSK, s’il vous plaît. »

Le serveur, qui connaissait bien leurs habitudes leur apporta un café noir sans sucre et une Leffe blonde. Je vous expliquerai à l’occasion le rapport entre cet amer breuvage et la pipistrelle. Pour vous aider un peu, je vous donne un premier indice : Johann Strauss. Quant à TSK, cela signifie Tout Sauf Kronenler. Jef caresse du pouce et de l’index la coupe humide, son amie comprend qu’il hésite à dire quelque chose d’important. Il se décide enfin :

« Voilà déjà un an que tu es majeure et responsable, j’ai pensé qu’il serait temps de passer à l’action.

– Comment ça ? Passer à l’action ? Qu’est-ce que tu veux dire par là ?

– Eh bien ! Toi et moi… tous les deux… ne me dis pas que tu n’as pas compris.

– J’ai très bien compris, et ma réponse est non.

– C’est moi qui ne comprends plus ! Si tu m’aimais vraiment…

– Je t’en prie, mon petit Jef, ne joue pas sur cette corde-là, elle est complètement désaccordée. D’autres m’ont déjà fait ce genre de proposition, et non seulement je leur ai dit non, mais je leur ai imprimé mes cinq doigts sur la figure. Toi, je te dis non et c’est tout. Et tu veux savoir pourquoi c’est tout ? Parce que je t’aime vraiment. Remarque, si tu veux absolument en recevoir une, ça peut toujours se négocier.

– Rachel…

– Maintenant, je te renvoie ta bonne raison. Si tu m’aimes vraiment, il faut que tu me le prouves, et ce n’est pas sur un lit que tu vas me le prouver. Quand on aime quelqu’un, on cherche à lui plaire et on le respecte, et quand celle qu’on aime dit non, on s’incline devant son refus.

– Mais je t’aime…

– Alors si tu m’aimes, demande-moi ma main, et je te laisse méditer sur l’alternative : soit je te dis non, et tu ne seras pas plus avancé, soit je te dis oui, et quand tu m’auras épousée, tu feras de moi ce que tu voudras, mais pas avant. Une fille comme moi, ça se mérite, non ? »

Malgré son indignation, Rachel conservait de la douceur dans le ton de sa voix et de la pondération dans ses propos. Jef, au contraire, blessé dans sa virilité, commence à s’échauffer la bile.

« Tu me traites comme un baraki ! Voilà combien de temps que nous nous aimons ? Et tu m’autorises tout juste à te caresser la pointe des cheveux. J’en ai assez à la fin ! Tu veux que je te dise, tout ça c’est depuis que tu vas dans ton église, que tu t’es fait baptiser et que tu prends la cène. Ce sont tes parents et ton pasteur qui t’ont fourré ces idées-là dans la tête.

– Jef, tu te fâches inutilement. Je ne t’ai jamais rien caché sur ma foi. Il n’est pas interdit de s’aimer, mais le Seigneur nous a donné quelques règles, pour notre bien. Je ne peux pas me dire chrétienne et accepter des parties de trampoline avec n’importe qui.

– Parce que je suis n’importe qui ! Moi !

– Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire.

– J’en ai assez entendu ! Je me casse !

– Va-t’en si tu veux. Tu me reviendras, de toute façon. »

Jef se dressa d’un bond et sortit furieux, renversant sa chaise et attirant l’attention des autres consommateurs. Rachel n’avait plus qu’à payer la note, elle rentra chez elle en sanglots, sa mère la serra dans ses bras et la consola. Jef lui aussi rentra à la maison, sans saluer personne, il s’enferma dans sa chambre et claqua la porte. Ses parents ne posèrent pas de question ; ils avaient compris qu’il s’était fâché avec sa petite amie. Resté seul sur son lit, il passa toute la soirée à ruminer :

« Non, mais, pour qui elle se prend cette petite bourgeoise ? Pour Jeanne d’Arc ? Qu’elle aille au diable ! Elle pourra toujours me supplier, elle n’est pas près de me revoir. Je n’aurai pas de peine à en trouver une plus jolie et qui fera moins de manières. »

Il avait beau essayer de se convaincre qu’il avait cessé de l’aimer et qu’elle n’était pas si belle que cela, il savait bien que Rachel était la plus belle jeune fille de l’univers et qu’il l’aimerait toute la vie. Il s’efforça de rompre tout contact avec elle : plus de visite, plus de téléphone, plus de courriel. Il s’empressa de la retirer de ses amis face-de-bouc et reprit l’habitude d’aller faire ses courses à Colruyt. Un jour, il la croisa rue Astrid, accompagnée de sa mère. Il mourait d’envie d’aller se jeter dans ses bras et de la couvrir de baisers, mais il fit semblant de ne pas l’avoir vue et changea de trottoir.

« Ne te fais pas de souci pour lui, ma chérie, ce garçon n’est vraiment pas intéressant. Jolie comme tu es, tu n’auras pas de mal à trouver un meilleur parti. »

Quelques jours se sont encore écoulés après cette malencontreuse rencontre et la colère de Jef avait commencé à s’estomper. Il se mit à réfléchir. Les neurones fonctionnent beaucoup moins bien quand on est en pétard. Il dut admettre que Rachel n’avait pas tout à fait tort. S’il ne veut pas la perdre, il faut qu’il respecte ses convictions, et puisque c’est si important pour elle de rester intacte jusqu’au jour de son mariage, il doit se plier à ses choix.

Il hésita, puis se décida enfin à l’appeler sur son téléphone fixe. C’est sa mère qui décrocha.

« Allo ! euh… c’est Jef. Est-ce que je pourrais parler à Rachel ?

– C’est à elle de décider si elle veut vous parler ou non. »

Il entendit la voix éloignée de la jeune fille.

« Oh ! Oui ! Passe-le-moi ! »

C’était plutôt rassurant.

« Rachel, je voudrais qu’on se parle. Où peut-on se rencontrer ?

– On ne peut pas se parler maintenant ? Le téléphone a été inventé pour ça.

– Oui, bien sûr, on peut se parler tout de suite, mais ce que j’ai à te dire, j’aimerais mieux te le dire en face.

– C’est d’accord, viens prendre le thé chez moi, mais je te préviens, ma mère sera là pour assister à la discussion. »

Jef fut à l’heure au rendez-vous. Il ne manqua pas d’apporter une belle composition florale.

« Je me suis comporté comme un goujat, lui dit-il. Je te demande pardon. Est-ce que tu veux encore de moi ?

– Évidemment, grand nigaud, répondit-elle en le serrant dans ses bras. Je t’avais bien dit que tu me reviendrais.

– Bien, dit la mère, puisque vous voilà réconciliés, je vous laisse tous les deux, mais ne faites pas de bêtises.

– Ne t’en fais pas, maman, s’il dépasse les limites que je lui ai fixées, je le tue. »

Depuis cet incident, Jef et Rachel ne se sont plus jamais querellés. Aujourd’hui, il vient de lui demander sa main et elle lui a dit oui. Vous imaginez comme il se sent soulagé, mais il existe une clause suspensive non négligeable à ce contrat. La jeune fille ne se contentait pas de suivre ses parents à l’église, elle s’était engagée personnellement dans la foi et croyait de tout son cœur que Jésus-Christ s’était laissé crucifier pour qu’elle soit sauvée. Son baptême à l’âge de dix-huit ans était le fruit d’un choix personnel, elle mettait sa jolie voix et ses talents de guitariste au service de son Sauveur en participant aux activités musicales de l’église, elle enseignait aussi les enfants. Depuis leur réconciliation, Jef avait accepté de l’accompagner un dimanche à l’église.

« Juste une fois, et c’est bien pour te faire plaisir, » avait-il précisé.

Mais cette première visite a vaincu d’emblée ses préjugés. Foin des supermarchés de la foi à la mode Mac Donald auxquels les médias nous ont habitués à assimiler le monde évangélique. Le culte se déroule avec une étonnante simplicité, pas de statues, pas de vitraux, pas de ciboires, pas d’aubes ni de soutanes. On commence par chanter quelques cantiques anciens ou nouveaux, généralement choisis par l’assistance. Pendant que la cène est distribuée et que l’offrande est collectée, les membres de la communauté élèvent librement la voix pour honorer Dieu, puis le prédicateur monte en chaire bible en main. Après avoir salué l’assistance et lu un texte de l’Écriture, il apporte un enseignement simple, mais percutant. Quand la célébration est finie, tout le monde se retrouve pour un moment convivial autour de la cafetière.

Jef avait apprécié cette première approche, il trouvait ces chrétiens fort sympathiques et il se montra de plus en plus assidu aux rassemblements de l’église.

Rachel est vraiment très amoureuse de son ami, mais une question récurrente l’agite : où en est-il au niveau de la foi ? L’apôtre Paul, dans sa deuxième épître aux Corinthiens, déconseille très vivement d’épouser un incroyant. Et si Jef ne se convertissait jamais, ou pis encore, s’il se « convertissait » uniquement pour gagner ses faveurs. Elle s’était montrée claire sur ce point :

« Je ne pourrais pas t’épouser tant que tu n’auras pas fait la paix avec Dieu, mais comme tu le sais, il faut que ça se passe dans ton cœur, entre Jésus et toi. Si tu te faisais baptiser pour mes beaux yeux, ce serait une catastrophe pour nous deux.

– Rassure-toi, mon amour, je n’ai pas encore pris la décision que tu attends de moi, mais j’ai beaucoup avancé, seulement je veux être aussi honnête avec lui qu’avec toi. Si je prends le baptême, ce ne sera pas pour tes beaux yeux de saphir, ce sera d’abord pour Jésus. »

***

www.lilianof.fr
https://lilianof.com
https://www.thebookedition.com/fr/765_lilianof
https://plumeschretiennes.com/author/lilianof
https://www.facebook.com/lilianof59/
https://vk.com/lilianof

© 2021 Lilianof

Publié par Lilianof

J’avais quatorze ans lorsque m’est venu le désir de devenir écrivain. Mais après l’adolescence, j’ai décidé de ne plus écrire. Ce n’est qu’après trente ans de silence que m’est venue l’idée d’une très courte comédie : « Un drôle d’héritage ». C’était reparti ! Après avoir été facteur dans l’Eure-et-Loir, je suis installé, depuis 2013, à Vieux-Condé, où je retrouve mes racines, étant petit-fils de mineur. La Bible et Molière sont mes livres de chevet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :