Pentecôte, la venue du Saint-Esprit (2)

Première partie : Promesses concernant le Saint-Esprit.

Nous étudierons d’abord quelques textes de l’Ancien-Testament qui préfigurent cet événement extraordinaire :

Moïse l’avait souhaité

Il y eut deux hommes, l’un appelé Eldad, et l’autre Médad, qui étaient restés dans le camp, et sur lesquels l’esprit reposa ; car ils étaient parmi les inscrits, quoiqu’ils ne fussent point allés à la tente ; et ils prophétisèrent dans le camp. Un jeune garçon courut l’annoncer à Moïse, et dit : « Eldad et Médad prophétisent dans le camp. » Et Josué, fils de Nun, serviteur de Moïse depuis sa jeunesse, prit la parole et dit : « Moïse, mon seigneur, empêche-les ! » Moïse lui répondit : « Es-tu jaloux pour moi ? Puisse tout le peuple de l’Éternel être composé de prophètes ; et veuille l’Éternel mettre son esprit sur eux ! » Et Moïse se retira au camp, lui et les anciens d’Israël.

Nombres 11.26/29

Nous sommes au désert de Paran, le peuple, excité par le « ramassis d’individus » qui l’avait suivi en touriste, commence à se plaindre :

La cantine est détestable ici ! Et puis, c’est tous les jours le même menu : lundi, de la manne ; mardi, de la manne ; mercredi, de la manne…

Plus grave, les Israélites commencent à regretter le bon vieux temps : en Égypte, nous étions peut-être enchaînés, mais au mois, nous mangions bien. Il y avait des concombres, des poireaux, de l’ail, des melons, et surtout de la viande.

Et tous s’en vont trouver Moïse : ou bien tu nous ramènes en Égypte, ou bien tu nous trouves de la viande.

Nous connaissons la suite de l’histoire : Moïse convoque une cellule de crise. Au cours de ce rassemblement, le Saint-Esprit est répandu sur les soixante-dix participants, ainsi que sur Eldad et Médad qui étaient pourtant excusés. Aussitôt, les uns et les autres se mettent à prophétiser. Ici, pas de langues de feu ni de langues étrangères, mais le Saint-Esprit est en action. Josué, le jeune stagiaire de Moïse ne comprend pas ce qui se passe : il faut arrêter ça tout de suite ! Ça ne se fait pas !

J’ai l’habitude d’appeler cet épisode « La Pentecôte de Moïse. »

Joël l’avait prophétisé

Après cela, je répandrai mon esprit sur toute chair ; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos vieillards auront des songes, Et vos jeunes gens des visions. Même sur les serviteurs et sur les servantes, Dans ces jours-là, je répandrai mon esprit.

Joël 2.28/29 (3.1/2)

Qui pouvait bénéficier du Saint-Esprit au temps où parlait Joël ?

D’abord des hommes choisis par Dieu. Prenons l’exemple de Joseph.

Et Pharaon dit à ses serviteurs : « Trouverions-nous un homme comme celui-ci, ayant en lui l’esprit de Dieu ? »

Genèse 41.38

Ce privilège était également accordé aux dirigeants ; d’abord Moïse, ensuite Josué, qui ne tolérait guère la concurrence en ce domaine :

Josué, fils de Nun, était rempli de l’esprit de sagesse, car Moïse avait posé ses mains sur lui. Les enfants d’Israël lui obéirent, et se conformèrent aux ordres que l’Éternel avait donnés à Moïse.

Deutéronome 34.9

Les prophètes de l’Éternel sont bien entendu les premiers servis. Pourrait-on imaginer un prophète sans l’Esprit-Saint ?

Lorsqu’ils eurent passé, Élie dit à Élisée : « Demande ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je sois enlevé d’avec toi ». Élisée répondit : « Qu’il y ait sur moi, je te prie, une double portion de ton esprit ! »

2 Rois 2.9

Examinons aussi le « cas Samson ». Ne craignons pas de l’affirmer : Samson était un enfant de Dieu très charnel. Il n’y avait que deux choses qui l’intéressaient dans la vie : les filles et la baston. Le Seigneur aurait certainement préféré l’oindre de l’Esprit pour en faire un prophète, mais Samson n’avait pas vraiment le profil. Alors il l’a qualifié en fonction de ses compétences : castagneur de l’Éternel. Sa situation nous montre en tout cas que Dieu ne se met pas en peine de nous employer en dépit de nos faiblesses.

L’esprit de l’Éternel le saisit, et il descendit à Askalon. Il y tua trente hommes, prit leurs dépouilles, et donna les vêtements de rechange à ceux qui avaient expliqué l’énigme. Il était enflammé de colère, et il monta à la maison de son père.

Juges 14.19

L’onction du Saint-Esprit était donc limitée à des hommes déterminés pour des durées souvent elles aussi déterminées.

Joël annonce donc une révolution dans le domaine de la spiritualité. Le temps de l’élite aura une fin. L’esprit sera répandu sur toute chair. Sur toutes les catégories :

  • Les jeunes et les vieux :

Il n’y a plus de conflit des générations : garçons et jeunes filles, malgré le manque d’expérience lié à la jeunesse, seront les porte-parole de Dieu. Quant aux frères et sœurs âgés, pas question de les mettre à la retraite, tant qu’ils ont quelque chose à apporter à l’œuvre du Seigneur.

  • Les femmes :

Qui oserait dire que le Saint-Esprit est misogyne et que les croyants doivent l’être aussi ? En tout cas, les contemporains de Joël l’étaient sans aucun doute.

  • Les serviteurs et les servantes :

Ceux-ci étaient le plus souvent des esclaves, exclus entre les exclus. Certaines étaient des femmes esclaves, et non juives par-dessus le marché !

Jésus l’avait promis

Durant son ministère terrestre, et à diverses reprises, Jésus a invité ses disciples à demander en prière le Saint-Esprit comme un besoin primordial.

Et moi, je vous dis : demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe. Quel est parmi vous le père qui donnera une pierre à son fils, s’il lui demande du pain ? Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu d’un poisson ? Ou, s’il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ? Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent.

Luc 11.9/13

Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s’écria : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture. » Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui ; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié.

Jean 7.37/39

De même, lorsque Jésus fut parvenu au terme de sa mission, il pria le Père d’accorder à ses disciples ce don merveilleux.

Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.

Jean 14.15/17

Se montrant à eux après sa résurrection, Jésus leur accorda le Saint-Esprit promis. Ils ne l’ont pas reçu de façon effective, mais ils ont eu l’assurance de recevoir cet armement indispensable, en l’absence physique du Seigneur, pour continuer son combat.

Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie ». Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit : « Recevez le Saint-Esprit. Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés ; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. »

Jean 20.20/23

Bien entendu, cet Esprit-Saint tant attendu n’est ni un jouet ni un gadget, mais ce revêtement de puissance est accompagné, en contrepartie, d’une mission, celle de proclamer l’Évangile, d’abord à Jérusalem, puis dans le monde entier.

Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut.

Luc 24.49

Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.

Actes 1.8

www.lilianof.fr
https://lilianof.com
https://www.thebookedition.com/fr/765_lilianof
https://plumeschretiennes.com/author/lilianof
https://www.facebook.com/lilianof59/
https://vk.com/lilianof

© 2021 Lilianof

Publié par Lilianof

J’avais quatorze ans lorsque m’est venu le désir de devenir écrivain. Mais après l’adolescence, j’ai décidé de ne plus écrire. Ce n’est qu’après trente ans de silence que m’est venue l’idée d’une très courte comédie : « Un drôle d’héritage ». C’était reparti ! Après avoir été facteur dans l’Eure-et-Loir, je suis installé, depuis 2013, à Vieux-Condé, où je retrouve mes racines, étant petit-fils de mineur. La Bible et Molière sont mes livres de chevet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :