La Tour Plogrov (27)

Chapitre XXVII
Mitraillette mayonnaise

En méchante fille, Lynda se réjouissait de l’échec de son vieux rival. Elle voyait cette fête ratée comme la réussite à un examen. Bien qu’elle fût écartée de la royauté et du pouvoir, cette expérience lui démontrait qu’elle savait encore se faire écouter du peuple et le souhait de rentrer en politique grandissait en elle. Comme toutes les bagarres de Lynda, celle-ci n’est pas temporelle. Qu’elle soit reine ou pas, cela n’a pas d’importance. Elle se bat pour Dieu. Qu’il s’appelle Sabine Mac Affrin, Samantha Low, Judith, Xanthia, Thanatos, O’Marmatway ou Dimitri Plogrov, elle n’a qu’un seul ennemi.

Dimitri a déménagé dans un magnifique appartement qui occupe tout le dixième niveau de la tour de Babel, dans la tour proprement dite, c’est-à-dire au-dessus du centre commercial. À cette hauteur, il bénéficie d’une vue confortable sur la ville, la mer, et les montagnes environnantes, mais il n’a pas à perdre tout son temps dans les ascenseurs.

Le palais historique est devenu vide, les volets fermés, triste et sans vie comme la gare de Péruwelz. La garde, devenue inutile, a été transférée dans un bâtiment annexe, à proximité de la tour, car les militaires ont refusé de sacrifier leur âme. Superstition ? Peut-être. Enfin, on ne sait jamais ! Les manifestants eux aussi, intimidés par les blindés, ont déserté la place. Le centre de la capitale ressemble maintenant à certains de nos bourgs de province, exsangues, désertés par les commerçants, les médecins, les écoles et les services publics.

Qu’est-ce qui pourrait redonner la vie et la joie à ce quartier naguère si animé ? Le retour de Lynda dans son palais, Lynda la bien-aimée. A-t-elle le droit d’y retourner ? Après tout, c’est la demeure de ses ancêtres. Elle a pris finalement la décision de ne revenir habiter au Palais royal que si elle redevenait reine. Dans la perspective de cette possibilité, elle a loué un confortable pavillon de banlieue, pour Julien, pour ses enfants et pour elle-même.

Cette nuit-là, le jeune couple dormait bienheureusement, Lynda couvrant de son bras les épaules de Julien, comme elle en a l’habitude.

Elle se réveille en sursaut.

Un bruit violent vient d’interrompre son sommeil.

« Bon ! J’ai dû rêver. Tâchons de nous rendormir. »

Elle se dresse de nouveau sur son lit.

« Cette fois, j’en suis certaine. Il se passe quelque chose d’anormal. »

Un bruit sec, comme celui du bois qui se brise.

Lynda s’extrait du lit. Julien, à demi éveillé, se dresse lui aussi.

« Ça ne va pas, ma chérie ?

– Tu n’as rien entendu ?

– Non.

– Je crois qu’il y a quelqu’un dans la maison. Si c’est un voleur, je vais lui faire sa fête.

– Fais tout de même attention. Il est peut-être armé. »

Lynda enfila une robe de chambre et tira son pistolet du tiroir de sa table de nuit, puis elle descendit l’escalier à tâton. Julien, aussi prudent que sa femme est casse-cou, lui emboîte le pas.

Les voilà tous deux dans la salle de séjour. Le plafonnier s’allume. Tel un lion se jetant sur sa proie, Judith surgit dans la lumière, les deux mains crispées sur un pistolet mitrailleur.

« On ne bouge plus ! Mains en l’air ! Toi, pose ton arme à terre, doucement, doucement, si tu me stresses, les balles vont pleuvoir. Voilà. C’est bien. Redresse-toi. Garde les mains sur la nuque. Envoie ton lance-pierres. »

Lynda envoya l’arme, Judith la bloqua sous son pied. Se baissant avec d’infinies précautions, tout en gardant une main sur son uzzi, elle la ramassa et la coinça dans son ceinturon.

« J’aurais préféré qu’elle nous amène une mitraillette belge, dit Julien.

− Pourquoi ? répondit Lynda, qu’est-ce qu’elles ont, les mitraillettes belges ? Elles crachent des frites ?

– En gros, c’est ça. »

Une rafale détruisit le buffet et la vaisselle qu’elle contenait. Pleurs des enfants à l’étage.

« Tu veux quelle sauce, avec tes frites, connard ! »

Pour nos lecteurs qui ne sont pas accoutumés aux belgicismes, une mitraillette, c’est un sandwich américain, un pistolet, c’est un petit pain rond.

« Toi, va rendormir tes lardons. Je n’ai pas besoin de toi. Lynda, tu descends avec moi au garage, on prend ta voiture.

– Je ne vais pas sortir comme ça.

– Exact, je t’accompagne dans ta chambre, tu t’habilles et on y va.

– N’ai pas peur, mon amour.

– Il y a longtemps que je n’ai plus peur quand je te vois un canon sur la tempe. Je vais monter rassurer les enfants, nous allons prier tous les trois. Tu vas lui coller un beigne ou deux et tu vas t’en sortir. »

Le couple est contraint de se séparer. Julien n’a pas le cœur si serein qu’il le prétend. Il commence à prier dans son cœur.

Lynda pénètre dans le garage, l’arme de Judith dans le dos.

Sous l’autorité de son ennemie, elle s’installe au volant, Judith à l’arrière. Lynda sent le canon lui caresser la nuque.

« Allez ! démarre !

– Où va-t-on ?

– À la tour Plogrov. »

www.lilianof.fr
https://lilianof.com
https://www.thebookedition.com/fr/765_lilianof
https://plumeschretiennes.com/author/lilianof
https://www.facebook.com/lilianof59/
https://vk.com/lilianof

© 2021 Lilianof

Publié par Lilianof

J’avais quatorze ans lorsque m’est venu le désir de devenir écrivain. Mais après l’adolescence, j’ai décidé de ne plus écrire. Ce n’est qu’après trente ans de silence que m’est venue l’idée d’une très courte comédie : « Un drôle d’héritage ». C’était reparti ! Après avoir été facteur dans l’Eure-et-Loir, je suis installé, depuis 2013, à Vieux-Condé, où je retrouve mes racines, étant petit-fils de mineur. La Bible et Molière sont mes livres de chevet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :