La Cantine des Italiens (20)

Chapitre XX
Les Dix Plaies de Syldurie

Malheureusement pour les petits enfants, la Maritza, qui a toujours refusé de charrier les cochonneries de la Bulgarie et de la Turquie, a retrouvé sa limpidité coutumière au bout d’une semaine.

Lynda consulte sa messagerie : rien d’intéressant, sinon un message de Yannick, qui est retourné en Belgique pour quelques semaines, et un autre d’Alphonse. Elle soupire.

« Ça commence à bien faire ! »

« Ainsi parle Nimrod : parce que tu as endurci ton cœur et raidi ton cou, parce que tu persistes à lui désobéir, parce que tu refuses encore et toujours de céder ton trône à celui qui le revendique de plein droit, j’enverrai sur ton pays une grêle dévastatrice, des grêlons de la taille d’une balle de tennis de table. Tout ton pays sera détruit par la grêle parce que tu as refusé d’écouter la voix de Nimrod. »

Cette fois-ci, elle daigne répondre :

« Ainsi parle Lynda : va te faire cuire un œuf d’autruche ! »

Julien est près d’elle, lui aussi occupé à visiter sa messagerie.

« Chéri, Plogrov va nous refaire le coup des dix plaies d’Égypte. Prépare la moustiquaire.

– La bonne affaire ! Je vais pouvoir ouvrir un restaurant français, avec toutes les grenouilles qui vont nous tomber du ciel. »

Le lendemain, et le jour suivant, des voitures toutes bigarrées, empruntées à quelque cirque commencent à circuler dans les rues d’Arklow et des principales villes de Syldurie. Leurs haut-parleurs diffusent l’annonce suivante, entre deux chansons de Dimitri Plogrov, car j’avais oublié de vous dire que, pour consolider sa réputation, Dimitri a profité de son séjour en Belgique pour suivre des cours de chant auprès d’Arno et s’est mis à beugler comme son précepteur :

« Avis à la population. Par décision de Nimrod, l’immortel, en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés, eu égard de la désobéissance de la reine de Syldurie à la Toute-puissance qu’elle est censée servir, ledit royaume de Syldurie sera incessamment détruit par la grêle. Seuls seront épargnés les serviteurs consacrés au juste maître qui auront reçu sa marque sur la main droite. Repentez-vous donc, car le jour du jugement est proche. »

L’une de ces voitures de cirque opère dans un quartier tranquille d’Arklow, quand soudain, un motocycliste lui fait face. Le chauffeur freine à grand bruit de pneumatiques, baisse la vitre et lui lance une volée d’injures. Celui-ci, sans quitter la selle, tend à bout de bras un pistolet en sa direction.

« Ce type est givré ! » s’écrie le passager au microphone.

Tout en les menaçant de son arme, le motard ôte son casque, découvrant un beau visage et un sourire moqueur.

« Oh ! P. ! La reine ! »

Lynda, décidément, n’en rate pas une. De sa main armée, elle leur signifie de sortir de voiture.

« Montrez-moi vos mains.

– …

– Qui vous a fait ces tatouages ?

– Nimrod.

– Vous voulez dire : Plogrov ?

– Oui.

– Vous étiez présents au sabbat d’Ellezelles ?

– Oui. C’est là que nous avons rencontré Nim… Plogrov. Ne tirez pas.

– Ne me dites pas que vous avez peur de mourir. Plogrov vous a promis un petit coin d’éternité en enfer. Au fait, de quoi m’as-tu traitée, tout à l’heure ?

– Je n’oserais le répéter. Ne tirez pas, je vous en supplie.

– Les clés de la voiture ! »

Le chauffeur s’exécute. Lynda saisit la clé par l’anneau entre son pouce et son index et l’élève au-dessus d’elle ; puis la laisse tomber au sol.

« Ramasse !

– Non ! Vous allez me faire le coup du vase de Soissons.

– C’est beau, la confiance, dit-elle, rangeant son arme. J’ai dit : ramasse. »

L’homme s’incline, reprend sa clé, Lynda leur tourne le dos avec dédain, enjambe sa motocyclette et rentre au foyer.

« Alors, ma chérie, ta promenade à moto s’est-elle bien passée ?

– Oui, et je me suis bien amusée. »

Le soir même, la reine rassurait ses sujets par une intervention télévisée :

« Cher peuple de Syldurie, notre ancien président de la République, Dimitri Plogrof, qui se fait appeler Nimrod ou, beaucoup moins pompeusement Jérome Vandenaeker et un gros têtard qui a la prétention d’avaler Dieu. Ce grotesque individu nous a bien divertis par ses talents de prestidigitateur. Que nul ne soit troublé dans son cœur si celui-ci nous menace d’autres tours de passe-passe. N’oublions pas que la Syldurie n’est pas l’Égypte, n’oublions pas que Lynda n’est pas Ramsès II. La Syldurie est un pays qui a pris la ferme résolution de se détourner des dominations et des autorités de ce monde. Elle a décidé d’obéir au Christ crucifié et ressuscité, celui qui les a dépouillées et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.[1] J’invite ceux qui ont fait le choix de le servir à faire preuve de foi, et d’avoir l’assurance que leur Seigneur les a pris sous sa protection. J’invite aussi les incrédules et les sceptiques à faire le point avec eux-mêmes, à s’interroger avec un cœur sincère et rechercher celui qui ne veut pas que le méchant meure, mais qu’il change de voie et qu’il vive. »

Plogrov ne tarde pas à riposter, par l’entremise de son prophète officiel :

« Ainsi parle Nimrod : parce que tu as humilié mon serviteur en le forçant à s’agenouiller devant toi pour ramasser ses clés. Parce que tu m’as insulté publiquement en me traitant de gros têtard, j’ajoute sur ta facture les sauterelles qui détruiront ce qui aura échappé à la grêle.

– Viens le dire ici, si tu es un homme ! »

Tous ces incidents n’empêchent ni Lynda ni Julien, encore moins leurs enfants qui n’en ont cure, de passer une nuit paisible. Ce n’est que le lendemain matin, vers onze heures, que d’inquiétants nuages se forment dans le ciel d’Arklow, un ciel lourd, uniforme, d’un gris opaque. Ce plafond, de plus en plus sombre, se rapproche de la terre, il semble qu’on pourra bientôt le toucher. Lynda apparaît au balcon d’honneur du Palais royal, s’exposant ainsi à la menace de Nimrod. On lui apporte le microphone et l’amplificateur qu’elle avait inaugurés à Paris. De sa voix douce, quoique remplie d’assurance, elle déclame le Psaume CXXI :

« Je lève mes yeux vers les montagnes…
D’où me viendra le secours ?
Le secours me vient de l’Éternel,
Qui a fait les cieux et la terre.
Il ne permettra point que ton pied chancelle ;
Celui qui te garde ne sommeillera point.
Voici, il ne sommeille ni ne dort,
Celui qui garde Israël.
L’Éternel est celui qui te garde,
L’Éternel est ton ombre à ta main droite.
Pendant le jour le soleil ne te frappera point,
Ni la lune pendant la nuit.
L’Éternel te gardera de tout mal,
Il gardera ton âme ;
L’Éternel gardera ton départ et ton arrivée,
Dès maintenant et à jamais. »

À la voix de Lynda succède celle du tonnerre. Soudain, comme une avalanche venue du ciel, le redoutable nuage se désagrège. Dans un fracas de cataracte, les grêlons s’abattent sur la ville, les plages et les campagnes. La jeune reine, tête nue sur son balcon, n’échappe pas au martèlement des sphères translucides. Au lieu de tomber assommée, elle lève les mains vers le ciel avec un retentissant « Alléluia ! » Dès qu’ils touchent la terre, les grêlons rebondissent avec un claquement sympathique. Le Maître avait pris au mot les paroles de Plogrov, devenu finalement l’ennemi intime de Dieu. Ce sont des balles de tennis de table qui dégringolaient du ciel, pour le plus grand amusement des enfants et des jeunes gens qui déjà sortent du garage les tables et les raquettes.

Mais après avoir bien joué, il faut tout remettre en ordre. Imaginez les rues, les champs et les prairies, les rivières et même la mer, encombrés de millions de balles de ping-pong. Tout un service s’organise, des chalutiers en mer, des dragues sur les rivières, des camions-benne parcourant tout le pays. En moins d’une semaine, toute la grêle de Nimrod est entassée dans une immense carrière.

« Qu’allons-nous faire de toutes ces balles ? demande Lynda.

– Revendons-les aux Chinois, répond Julien.

– Ça devrait se recycler. Je suis certaine que le professeur Karatschik a une solution à nous proposer. »

Le dimanche matin, Tartuffe (appelons-le ainsi) se lève au milieu de l’assemblée :

« Écoutez la voix de l’Éternel : peuple fidèle, n’écoutez pas les prédicateurs de mensonge qui prétendent que je suis un dieu trinitaire. Moi, l’Éternel, je…

– Silence ! interrompt Périklès, d’un ton autoritaire. Au nom de Jésus, tais-toi ! »

Tartuffe se tait aussitôt et se rasseoit.

– Et toc ! » s’écrie Frantsinitza, frappant du poing dans sa main ouverte.

C’est un dimanche ensoleillé. Après l’église, la plage. Comme nous le savons, Julien et Lynda préfèrent, quand il fait beau, manger sur l’herbe avec les enfants au bord du lac de Selsisar.

« Regarde, Lynda, ce nuage noir qui se forme derrière les montagnes. Nous allons avoir un bel orage.

– C’était trop beau !

– Ça se rapproche. Et qu’est-ce que c’est que ce bruit ?

– Ce sont les sauterelles. Comme chez Cecil B. De Mille. »

Le ciel s’est assombri. Il fait presque nuit. Le crissement des ailes est plus assourdissant que le tonnerre. À présent, le nuage informe des sauterelles semble se structurer. La multitude d’insectes se rassemble en une sculpture noire : un immense cor de chasse.

« J’ai peur, s’écrie Léa.

– Moi aussi, répond David. »

Lynda s’agenouille. Julien l’imite en lui tenant la main. Les enfants terrifiés se blottissent entre eux deux.

Prière silencieuse.

Le bruit confus des insectes mue peu à peu en un son de trompe de chasse. Le son du cor… Le Chasseur maudit… puis, cette angoissante musique s’éclaircit, son timbre devient brillant.

« Regarde au ciel et louons Dieu ! » s’écrie Lynda, le visage radieux, ses magnifiques cheveux ondoyant sous la brise. La sculpture d’ébène ou de charbon s’est changée en or pur, elle a pris la forme d’une trompette, non pas d’une trompette de concert, mais d’une trompette antique, droite et fuselée. Puis cette forme s’estompe et disparaît. La famille royale demeure à genoux, chantant des cantiques de reconnaissance, récitant des Psaumes, rendant grâce à leur Seigneur.


[1] Colossiens 2.15

www.lilianof.fr
https://lilianof.com
https://www.thebookedition.com/fr/765_lilianof
https://plumeschretiennes.com/author/lilianof
https://www.facebook.com/lilianof59/
https://vk.com/lilianof

© 2021 Lilianof

Publié par Lilianof

J’avais quatorze ans lorsque m’est venu le désir de devenir écrivain. Mais après l’adolescence, j’ai décidé de ne plus écrire. Ce n’est qu’après trente ans de silence que m’est venue l’idée d’une très courte comédie : « Un drôle d’héritage ». C’était reparti ! Après avoir été facteur dans l’Eure-et-Loir, je suis installé, depuis 2013, à Vieux-Condé, où je retrouve mes racines, étant petit-fils de mineur. La Bible et Molière sont mes livres de chevet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :