Les piques de l’ami Randol (1-10)


1. Galère !

Dans l’église, on trouve deux sortes de chrétiens : les tracteurs et les charrues. Le problème, c’est quand il y a plus de charrues que de tracteurs.

L’église est comme une galère : les uns rament bien, d’autres moins bien, certains ne rament pas du tout. Le pire, ce sont ceux qui laissent traîner leur rame dans l’eau.

2. Théorie du genre

Suivons le modèle des Suisses du Jura qui ont su changer un porc en truie.

Que ceux qui n’ont pas compris le calembour consultent une carte de la Suisse.

3. Effet de serre

Est-ce à cause du réchauffement climatique que la France est devenue une république bananière ?

4. Pi Haïroth

Sur un banc public, un jeune chrétien lit la Bible. Et le voilà qui s’écrie :

« Yeees ! Alléluia ! Gloire à Dieu ! Praise the Lord ! »

Un professeur de théologie passe justement à ce moment-là.

« Eh bien, mon garçon ! Qu’est-ce qui justifie cette agitation ?

– Dieu a écarté les eaux de la mer Rouge pour faire traverser son peuple. Vous ne trouvez pas ça merveilleux ?

– Il est prouvé scientifiquement que là où les Hébreux ont traversé, la profondeur de l’eau ne dépassait pas vingt centimètres, alors je ne vois pas où est le miracle.

– Ah bon ? »

Le jeune homme poursuit sa lecture avec beaucoup moins d’enthousiasme. Le théologien poursuit sa promenade. Quand il revient sur ses pas, il trouve à nouveau le lecteur, poussant de retentissants Alléluias !

« Qu’est-ce qui vous arrive encore ?

– Dieu a réussi à noyer toute l’armée de Pharaon dans vingt centimètres d’eau, et là, vous le voyez où est le miracle ? »

5. Maudits emballages

Je viens de m’acheter un cutter. Malheureusement, celui-ci est enfermé dans un de ces emballages indestructibles qui nous pourrissent la vie. Pour l’ouvrir, il me faudrait un cutter.

6. La drachme perdue

Nous trouvons dans l’Évangile de Luc, chapitre 15 versets 8 à 10, l’histoire d’une femme qui avait dix pièces de monnaie et qui en a perdu une. Elle fouille partout dans sa maison et finit par la retrouver, et quand elle l’a retrouvée, elle va en informer tous ses voisins.

Cette histoire peut paraître bien étrange si l’on ne connaît pas le contexte culturel.

Il n’y a pas si longtemps, j’ai tiré d’un distributeur deux billets de cinquante euros que j’ai pliés l’un dans l’autre et les ai fourrés dans ma poche. Quand j’ai voulu les prendre, ils n’y étaient plus. Finalement, je n’avais pas fouillé dans la bonne poche. J’étais content de les avoir retrouvés, car je ne suis pas Rockfeller, mais je n’ai pas ameuté tout le quartier.

Au temps de Jésus, quand une jeune fille se mariait, on lui donnait plusieurs pièces d’argent qui constituaient sa dot, et on en faisait un bandeau qu’elle gardait sur le front. Une de ces pièces était mal sertie, et elle est tombée. Si elle sort dans la rue avec cette parure incomplète, les gens qui voient le mal partout ne manqueront pas de médire : elle a dépensé la pièce qui manque à se débaucher. Et la belle-mère d’en remettre une couche : je t’avais bien dit que ce n’était pas une fille pour toi !

On comprend mieux l’acharnement de cette femme à retrouver sa pièce, et quand elle l’a retrouvée, elle s’en va voir ses voisines :

« Alors, madame Truguduche ! c’est bien vous qui êtes allée colporter que j’avais dépensé ma drachme dans les lieux de plaisir ?

– Euh… oui… c’est-à-dire…

– La voici, ma pièce, elle avait roulé sous le buffet de cuisine. »

De la même manière, Jésus pourrait remettre les pendules de Satan à l’heure :

« C’est bien toi qui as accusé mon serviteur ?

– Oui.

– Je l’ai racheté, tu n’as plus rien à dire. »

7. L’araignée

Une épeire diadème trônait au beau milieu de sa toile qu’elle avait tendue près d’une boîte aux lettres.

En introduisant le courrier dans la boîte, j’ai accroché, sans le briser, un des fils de la toile. Comme une corde de guitare sous le plectre, celle-ci s’est mise à vibrer durant plusieurs secondes, avec l’araignée toujours fixée en son milieu.

Le lendemain, je reviens à la même boîte aux lettres et m’apprête à y engouffrer ma liasse de courrier. L’araignée, qui semble garder un mauvais souvenir de son expérience de la veille, me regarde de ses huit yeux et court se réfugier à l’extérieur de sa toile.

Je n’avais jamais pensé qu’un si petit animal puisse être aussi intelligent.

Prenez-en de la graine, les humains !

8. Proverbe normand

Les Cauchois, c’est comme les bourgeons.


9. Cale en bourg

Les Roumains n’aiment pas prendre le téléphérique…
… parce que c’est haut, ça secoue.

Claude Monet aimait boire un verre à Buffalo Grill…
… parce que c’est un bar bison.

Les Ivoiriens mangent de la bouillie…
… parce que ya mou sous croc.

Quel poète est venu à vélo ?
Vincent Voiture.

« Ce tabac m’atterre ! » — Antonio Vivaldi

10. Phrase historique

Alors, y z’ont dit quoi ? — Y z’ont dit : « ben… »

Henri Krazucki (1924-2003)

https://lilianof.com
https://www.thebookedition.com/fr/765_lilianof
https://plumeschretiennes.com/author/lilianof
https://vk.com/lilianof

© 2021 Lilianof

Publié par Lilianof

J’avais quatorze ans lorsque m’est venu le désir de devenir écrivain. Mais après l’adolescence, j’ai décidé de ne plus écrire. Ce n’est qu’après trente ans de silence que m’est venue l’idée d’une très courte comédie : « Un drôle d’héritage ». C’était reparti ! Après avoir été facteur dans l’Eure-et-Loir, je suis installé, depuis 2013, à Vieux-Condé, où je retrouve mes racines, étant petit-fils de mineur. La Bible et Molière sont mes livres de chevet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :