Bourane – neuvième tableau

Neuvième tableau

Décor du second tableau

MACHA – IVAN IVANOVITCH

IVAN IVANOVITCH

M’aimes-tu, Macha ?

MACHA

                                 Ivan, oui, je t’aime.

IVAN IVANOVITCH

Jusqu’à m’épouser ?

MACHA

                                 Terrible dilemme !
Je ne t’épouse pas, Ivan, je ne le puis.

IVAN IVANOVITCH

Tu as brisé mon cœur, maintenant tu me fuis.

MACHA

Un terrible secret, il faut que je le dise…

IVAN IVANOVITCH

Un secret ? Moi aussi, une énorme sottise.
Je ne pourrai jamais t’épouser, Marouchka.
Accident de jeunesse !

MACHA

                                  Faut-il en faire cas ?

IVAN IVANOVITCH

Un instant de folie.

MACHA

Un instant qu’on oublie.
J’ai pour ma part une action sur le cœur
Le doigt de ma conscience, accusateur…
Quel fardeau ! Aimons-nous ! Dure peine !
Un passé si cruel ! Lourdes chaînes !
Il faut tout avouer,
Tu ne peux m’épouser,
Une entrave me lie,
Esclave pour la vie.

IVAN IVANOVITCH

Confie-moi ce secret.

MACHA

                                   Dis-moi le tien d’abord.

IVAN IVANOVITCH

Rude confession, triste confiteor :
Par une nuit glaciale, une nuit de tempête
Je m’étais égaré et j’en perdis la tête.
Tu ne pardonneras jamais ;
Fallait-il qu’un esprit mauvais
Me privant de raison, qu’un démon me saisisse !
Je cherchais pour abri quelque édifice,
Le bourg perdu s’appelait Garovno
Ou Bardino, non, Jadrino.

MACHA

Jadrino ! Seigneur ! Est-ce possible ?

IVAN IVANOVITCH

J’y trouve pour refuge en cette nuit terrible
Une église de bois
Surmontée d’une croix.
Il y fait sombre, il y fait froid.
Juste un peu de tiédeur pour mes doigts engourdis.
Dans mon cœur quelle perfidie !
Je convoite une fille éplorée sur un banc ;
Le fiancé perdu dans la neige, elle attend.
Le pope m’interpelle :
« Entrez dans la chapelle ;
Vous avez tant tardé ! »
Il dit à cette belle :
« Voici votre accordé. »
On aurait dit un ange.
Quiproquo bien étrange !
Je me suis amusé de ce malentendu :
À ce funeste jeu mon esprit s’est vendu.
J’ai dit « oui ». Elle fuit, éperdue
Et me voici lié au bras d’une inconnue.
Je ne puis t’épouser, cela m’est défendu.

MACHA

Jadrino, le bourane, ce matin dans le froid !
Tu ne me reconnais ? Ainsi donc c’était toi ?

https://lilianof.com
https://www.thebookedition.com/fr/765_lilianof
https://plumeschretiennes.com/author/lilianof
https://vk.com/lilianof

© 2021 Lilianof

Publié par Lilianof

J’avais quatorze ans lorsque m’est venu le désir de devenir écrivain. Mais après l’adolescence, j’ai décidé de ne plus écrire. Ce n’est qu’après trente ans de silence que m’est venue l’idée d’une très courte comédie : « Un drôle d’héritage ». C’était reparti ! Après avoir été facteur dans l’Eure-et-Loir, je suis installé, depuis 2013, à Vieux-Condé, où je retrouve mes racines, étant petit-fils de mineur. La Bible et Molière sont mes livres de chevet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :