Araignées

Je n’aime pas les araignées, j’en ai grand-peur !Leurs quatre paires d’yeux et leurs jambes velues,Qu’elles soient tégénaires ou qu’elles soient faucheur,Attend la faible proie sur sa toile ténue. Pourquoi te plaindre d’elles, ô poète sans cœur ?Gendarmes, scolopendres, punaises, scarabées,Sauterelles, grillons accroupis sous les fleursSont-ils plus séduisants, dis-moi, que l’araignée ? Pour te convaincre, ami, laisse-moi teLire la suite « Araignées »

Monotone, une cloche…

Adaptation de « Однозвучно гремит колокольчик »             Une cloche gémit, monotone,            Frêle cloche, timide airain qui sonneEt tout le long du chemin rocailleuxElle répand son chant mystérieux.             Quelle tristesse en sa mélodie            Dans son chant que de mélancolieCette chanson pénètre dans mon cœurEt le remplit d’une obscure chaleur.             Comme un feu, comme un ruisseauLire la suite « Monotone, une cloche… »

Je suis un complotiste

Je suis un vilain complotiste,Un méchant conspirationniste.Cathie nous l’a bien confirmé,Dans la Правда l’a claironné. Décidément, j’ai tout pour plaire,J’étais déjà réactionnaire,Réfractaire à la vérité,Nourri du pain d’absurdité. Cerveau tordu, esprit pervers,Mouton qui marche de travers.Ouh ! Quel horrible complotiste !Quel affreux conspirationniste ! Le Rieu de Condé, 20 mars 2021 http://www.lilianof.frhttps://lilianof.comhttps://www.thebookedition.com/fr/765_lilianofhttps://plumeschretiennes.com/author/lilianofhttps://www.facebook.com/lilianof59/https://vk.com/lilianof © 2021 Lilianof

Qu’ont-ils apporté

Ils ont apporté de l’encensAu pied du merveilleux enfant.C’est le parfum du sacrifice,Car ce prêtre en son exerciceDevient Agneau, pur, innocent.Ils ont apporté de l’encens. Ils lui ont apporté de l’or,À ce Roi si faible et si fort.On le couronnera d’épines.Golgotha, sinistre collineDu grand Roi portera la mort.Ils lui ont apporté de l’or. Ils ontLire la suite « Qu’ont-ils apporté »

Baïkal / Байкал

Dragons de pierre, géants de glace            Arches de diamant, de cristal,Des titans les charrues ont labouré sa face ;                        C’est le Baïkal. Le soleil d’or et de platine            D’un pâle rayon vespéralDe pénombre et de feu sa clarté l’illumine.                        C’est le Baïkal. Collier de perles ruisselantes            Au cou du lourd monstre brutal ;Le givre l’a paré d’armureLire la suite « Baïkal / Байкал »

Art poètique

Rimeur, je vous le dis, n’est pas un sot métier :Il faut toujours compter les mètres et les pieds.Voici, pour mon plaisir et pour vous mettre à l’aiseUn alexandrin boiteux, ne vous en déplaise. http://www.lilianof.frhttps://lilianof.comhttps://www.thebookedition.com/fr/765_lilianofhttps://plumeschretiennes.com/author/lilianofhttps://www.facebook.com/lilianof59/https://vk.com/lilianof © 2021 Lilianof

Je suis un réactionnaire

Je suis un réactionnaireIl faudra bien vous y faire.Je suis un réactionnaireMais ce n’est pas votre affaire.Je n’écris pas pour vous plaire.Je suis un réactionnaire. J’ai beau rentrer mon bidonPour passer dans vos calibres,Je suis coincé pour de bon :Je suis gras, mais je suis libre. Je suis un réactionnaire,C’est mauvais pour mes affaires.Je n’écris pasLire la suite « Je suis un réactionnaire »

Le Boulet

Parabole L’homme libre vit un forçat :« Or ça !Quel crime as-tu commis, l’ami, pour cette peine,Pour ce boulet, pour cette chaîne ?Pour quel meurtre sanglant, quel ignoble forfait ?– Ma foi, je n’ai rien fait,Car c’est de mon plein gré que je rame en galère,Bagnard je suis, mais volontaire.Je n’ai le noir cachot nullement méritéMais j’y dors en sécurité.Ici maLire la suite « Le Boulet »

Je vous offre le pastiche

Car l’avenir de la France ne mérite pas le champagne. sur Célimène Depuis cinq ansC’est comme avantJe me demand’ si ça finiraMais la gangrène, elle est bien là.ImaginezLe vieux JuppéLes plus bell’s crapules du paysEt les plus beaux menteurs aussi. Depuis Mit’randC’est les mêmesDepuis JacquotC’est les mêmesDepuis SarkoC’est les mêmesDepuis Holland’C’est les mêmes. On estLire la suite « Je vous offre le pastiche »

La Fable du Loup

Un loup vêtu d’une toisonRodait près d’une bergerie,Un loup paré de fourberieTournait autour de la maison.Il frappe : « Ouvrez-moi sans façon,Je servirai Vos SeigneuriesCar le ciel m’a comblé de donsDe miracle et de guérison À foison. » Voilà mon loup bien installé,Le cœur content il prend ses aises,Au chaud, près du feu, attablé,Car pour tromper, c’est unLire la suite « La Fable du Loup »